Régulation

En chauffage central, les régulations servent à gérer automatiquement tous les éléments qui entrent en fonction dans une installation afin que celle-ci procure à l’utilisateur la satisfaction de ses attentes et en ce qui nous concerne c’est le confort en chauffage et production d’eau chaude au moindre coût en frais énergétique et d’exploitation.

Dans nos installations domestiques et de moyenne puissance c’est la gestion d’une ou plusieurs chaudières en fonction de la température extérieure ainsi que la production d’eau chaude qui nous intéresse.

La vanne thermostatique

Vannes thermostatiquesCe n’est pas un robinet de radiateur ordinaire: son gros bouton abrite un système mécanique qui se dilate et se contracte en fonction de la température ambiante. Une telle vanne permet donc de régler la température de chaque pièce, en choisissant une position qui va généralement de 1 (le moins chaud) à 5 (le plus chaud). Il y a aussi une position (antigel) avant la fermeture complète. Pour un salon ou une cuisine, la vanne se règle ordinairement entre 3 et 4 (20-22°C). Sur 4 (22°C) pour une salle de bains. Entre 2 et 3 (18-20°C) pour une chambre à coucher. Sur 2 (17°C) dans un hall. Et sur 1-2 (15-17°C) dans les pièces qu’on utilise rarement: chambre d’amis, buanderie, etc.

Lorsque la température ambiante baisse, le mécanisme se contracte, laissant entrer davantage d’eau chaude dans le radiateur pour augmenter le chauffage. Lorsque la température ambiante augmente, il se dilate et ferme l’arrivée d’eau.

Cette vanne permet des économies d’énergie lorsqu’elle est bien utilisée, car elle va se fermer automatiquement lorsqu’il y a des apports de chaleur autres que le chauffage: soleil entrant par les fenêtres, four, feu de cheminée. Mais si, par exemple, on oublie de la fermer alors qu’on laisse la fenêtre ouverte, la vanne réagit à la baisse de température et fait fonctionner le radiateur à plein régime!

Optimiser son ancienne installation

Vous souhaitez optimiser votre installation existante et économiser de 15 à 20% d’énergie, cela est possible en y adaptant une régulation climatique.

Régulation climatique 

Sam 2100Qu’appelle-t-on un régulateur climatique ?

Un régulateur climatique est un appareil électronique qui mesure en permanence à l’aide d’une sonde :

  • la température extérieure
  • la température de l’eau qui circule dans l’installation (température de départ)
  • la température ambiante d’un local de référence (facultatif)

Suivant la température extérieure mesurée, le régulateur module la température de l’eau qui circule dans l’installation afin de compenser les pertes thermiques du bâtiment.

Selon le type de d’installation, le régulateur climatique commande directement l’enclenchement et le déclenchement  de la chaudière (gaz ou fuel) ou positionne une vanne mélangeuse motorisée.

La fonction de régulation peut-être agrémentée de certaines fonctions d’automatisme très appréciées dans les installations de chauffage modernes :

  • la gestion de la production d’eau chaude
  • la commande de différents circulateurs
  • la commande de plusieurs chaudières en cascade

Quels sont les avantages principaux d’une régulation climatique ?

Economie

Les professionnels de la branche du chauffage reconnaissent maintenant que le simple ajout d’un régulateur climatique sur une installation entraîne une économie de combustible de 10 à 25% selon le degré d’isolation thermique du bâtiment.

En effet, par son principe, la régulation évite les surchauffes inutiles de l’installation. De plus, les durées d’occupation du bâtiment peuvent être judicieusement programmées sur une horloge qui équipe le régulateur.

En cas de commande directe de la chaudière prévue pour un fonctionnement à basse température (environ 45°C) ou à très basse température (environ 20°C), on accroît le rendement de celle-ci et on diminue les pertes thermiques à l’arrêt.

Confort

Le principe de régulation dit « à boucle courte » permet, en cas de modification de la température extérieure, une réaction immédiate au niveau de la température de l’eau. Ceci se traduit par une anticipation des modifications de la température ambiante et donc, une meilleure stabilité de celle-ci.

Comme la régulation climatique centralisée ne se réfère pas obligatoirement à la température ambiante d’un local de référence, les températures dans les différentes pièces de l’habitation sont indépendantes et peuvent donc être réglées, par exemple, par des vannes thermostatiques.